Le poids total des "matériels non solidaires du vélo, sans gourdes", dit la charge, se rapproche fort malheureusement du maximum normé propre à ce type de périple. Aussi tu te garderas bien de l'appliquer stricto sensu tant les cas différent en fonction des variables non exhaustives suivantes :

  • le nombre de personne : non plus un mais plusieurs  cyclo-randonneurs diminuent de nombreux poids parce que répartis sur plusieurs bicyclettes (tente, bassine, pharmacie, sécurité, communication,   photo), d'autres augmentent (réchaud, popote, papier toilette) dans une proportion inférieure ramenée à la charge par vélo.

  • l'autonomie est un choix... lourd de conséquence. Auberge de jeunesse, chez l'habitant, camping ou hôtel changent beaucoup la donne.

  • la durée fait nettement varier la charge globale, nottament celle particulière liée à la nourriture.

  • le climat et la saisonnalité prévisionnels  joueront surtout sur les chapitres sac de couchage et vêtement.

  • l'eau, outre sa consommation de 2 à 8 litres par personne et par jour, implique une variable conséquente et particulière selon l'humidité de l'air, la rareté d'approvisionnement, la nécessité ou non d'un système de filtration au poids très spécifique. Pour exemple extrême, dans une région désertique caniculaire où l'eau non potable et dangereuse n'est présente qu'après trois jours, le seul poids global de l'eau, bidon et filtration devrait atteindre pour une seule personne jusqu'à 20 kilos au départ ! Cas où on prend généralement la décision de ne pas se laver et où on conserve précieusement l'eau de cuisson des pâtes ! Ce qui, réduit à la potabilité, concerne déjà un tiers de l'humanité, probablement la totalité dans moins d'un siècle.

Après plus d'une année de recherches presque journalières d'élaboration de la liste des matériels, concrètement notées sous tableur au nombre impressionnant de données ; le total vrai, après de larges approximations, m'a conduit à réduire, à réduire encore, à faire des choix. La liste des suppressions marquantes:

  • le génial compack chair kit de Thermarest qui transforme le matelas en chaise. Gain 190 g.

  • une bâche tendue. Gain 330g. Adieu solo tarp d'Exped.

  • une deuxième paire de chaussure de randonnée, voire de ville. Gain plus d'un kilo. Je garde cependant les crocs ou sandales.

  • une poêle : le poisson  sera cuisiné par morceaux.

  • un entonnoir

  • de nombreux accessoires "indispensables" en photo

 

Celle des réductions :

  • Je pars des principes que les fiches (sardines) Hilleberg sont particulièrement solides et que j'aurai une attention journalière à ne pas les perdre. Aussi je ne me prémunis que de seulement deux fiches additives, l'une de "sable" l'autre en "y", pour arrimer l'extrémité au vent en cas de tempête. A 66 g les deux fiches, le gain est la multiplication du nombre de paires : j'en avais prévu six à l'origine...

  • Un sac de couchage minoré de 350 g (voir onglet "couchage")

  • Les choix des vêtements (voir onglet "vêtement") qui composent les trois couches techniques est un long et fourmillant travail de recherches, scrupuleuses notes, comparaisons, choix, remises en cause de ces choix. Diminuer le poids total à moins de cinq kilos est simple pour finir avec un habillement qui ne correspond pas aux attendus services techniques indispensables. La parfaite adéquation avec les pré-requis m'a conduit à une prime addition proche des dix kilos, là où je termine à moins de six. Exemple de réduction : un pantalon convertible au lieu d'un pantalon et un short; les deux "polaires" (pull + polo) sous la veste technique pluie pour combler sa "légèreté" en cas de grand froid.

  • Trois slips et paires de soquettes où sept eurent été légitimes pour un gain global de 423 g parce que je choisis une mini lessive presque tous les soirs ; ou comprendre la nécessité du fil suspendu dans la tente intérieure.

  • Le super couteau multifonction aux nombres impressionnants de lames et services pour un simple couteau-cuillère-fourchette. Gain plus de 100g.

  • Deux serviettes de 35x25 pour la toilette et la cuisine, en lieu et place d'une serviette "bain" de 137x64, toilette de 92x42 et cuisine de 35x25 : gain 123 g.

  • La remise en cause de tous les produits moussants (crème à raser, dentifrice, détergeant) par des produits solides (voir onglets "hygiène").

  • La recherche des flacons les plus performants en récupération m'a occasionné l'emploi de bouteilles diverses non sans avoir banni collerettes et étiquettes.

  •  Couper une partie du manche de la brosse à dent et du peigne.

  • Supprimer nombre d'étiquettes, emballages, accessoires.

Enfin, la liste des choix pesants, donc critiquables, que je garde :

  • quelques rares cartes papier en plus du GPS

  • une corde

  • une cuvette

  • une paire de guêtre

  • le matelas et le sous-matelas

  • l'empreinte en plus de la tente

 

Récapitulatif poids

des matériels embarqués

mise à jour le 23/01/19

_ Non... Non, je ne pensais pas à Frantz. Je pensais à vous Adrien.

_ A moi ?

- Vous n'avez donc rien compris.

(1)

 

(1) " Frantz " de François Ozon