top of page
gym
piscine
Pistes de course

 

 Préparation physique 

 

Trop chargé, non vraiment, trop chargé, trop de poids total. Pourtant les pesées des matériels prévisionnels inconnus sont de plus en plus restreintes, mais le poids total en charge demeure trop lourd. Quoi supprimer ? La réponse c'est le moteur. L'homme. 103kg fin août 2019, 98 fin août 2020, pour 1m87 ; il y a problème, révélé par des analyses de sang on ne peut plus déplorables : tous les facteurs liés aux sucres et graisses sont dans le rouge. Dès lors, en ces temps d'ordres gouvernementaux de repli, j'ai décidé une reprise en main : perdre du poids !

<< Ecrire,

c'est se parler à soi-même

...

On ne met pas

celui qu'on est

dans ce que

l'on écrit.

On y découvre

qui on est.>>

 (1)

 

Résultat : le 2 juin 2021 ma balance balance 78 kg (dont perte 14 kg en 4 mois !) et la 4ème analyse de sang liée aux sucres, graisses, pancréas et prostate présente des résultats tous dans le vert, grâce à la méthode suivante : le...

Jeûne intermittent journalier

destiné exclusivement aux personnes à IMC élevé

recherchant une perte de poids

importante, saine, non carencée et durable

 

  • cette méthode ne traite pas d'abord la recherche de détoxification (préférer le jeûne saisonnier)

  • cette méthode ne doit en aucun cas être utilisée par les personnes à IMC bas

  • cette méthode ne peut être envisagée qu'à courte durée par les personnes à IMC moyen

  • cette méthode ne se substitue pas à une prise en charge médicale d'éventuelle pathologie ou maladie

  • cette méthode est interdite aux femmes enceintes et aux personnes sous traitement sans avis médical

  • cette méthode est destinée aux adultes

Nos cellules se renouvellent en permanence.

L'organisme a besoin d'énergie, sous forme d'apport en matières caloriques, pour former des cellules neuves : c'est un des rôles majeurs de l'alimentation.

  • dans l'organisme à IMC moyen, les cellules mortes et les toxines sont toutes éliminées par les voies naturelles.

  • dans l'organisme à IMC élevé, une petite partie de ces déchets reste dans le corps qui s'empoisonne petit à petit et de plus en plus. A cause d'apports exagérés en nourritures néfastes, l'énergie est stockée sous forme de graisse, d'abord dans les zones sous cutanées puis dans les zones profondes.

  • avec régime classique et/ou jeûne imparfait ou modéré, la graisse se déstocke un peu et lentement des zones sous-cutanées, pas des zones profondes, puis la personne regrossit.

  • avec jeûne à l'encontre des préconisations, notamment perdurer l'ingestion de graisse, alcool ou sucre, la la personne est amenée inexorablement à grossir.

 

        Avec jeûne suffisant, comprendre subordonné à des règles précises, l'organisme puise l'énergie nécessaire des cellules mortes et des toxines prisonnières des graisses en les utilisant et retraitant, c'est l'autophagie : l'organisme est obligé de manger ses propres déchets et réserves parce que ce jeûne spécifique l'y contraint. Ce processus automatique ne se produit ni aisément, ni rapidement. Dans l'organisme à IMC élevé, le jeûne auto-alimentaire devient peu à peu, puis à terme le premier apport nutritionnel avant la nutrition extérieure. Rien de nouveau, on sait bien qu'un gréviste de la faim peut survivre assez longtemps sans manger et qu'il maigrit. Ce qui est entonnant ici, c'est, certes après une période nécessaire un peu difficile de départ, l'organisme n'a pas faim (!!!), réclame peu (on mange naturellement peu). Mieux, le moral est meilleur, accompagné d'une certaine plénitude, probablement principalement dû à une grande perte des toxines emmagasinées dans les graisses et... à une auto satisfaction de réussite.

        La combinaison du jeûne parfait ET nette augmentation hydrique ET régime spécifique non carencé ET dépenses physiques très proches de simples pratiques seines et naturelles, obligent l'organisme à déstocker les graisses profondes (perte de poids, durable), à se détoxifier et à reposer rapidement le foie et à terme le pancréas.

Les 4 grandes actions du jeûne intermittent journalier :

  1. stopper complètement un des apports habituels de nourritures, chaque jour : supprimer un repas, soit 2 au lieu de 3, de façon redondante (si non cela ne fonctionne pas), régulière (si non cela fonctionne mal), durable (si non cela ne fonctionne pas) et avec une large période de repos stomacal (si non cela ne fonctionne pas) entre le dernier repas de la journée (repas n°2) et le premier repas du lendemain (repas n°1) : on maigrit en dormant !

  2. s'hydrater impérativement... normalement, c'est à dire, pour beaucoup, bien plus qu'à l'accoutumé (si non cela ne fonctionne pas)

  3. s'alimenter sous contraintes de règles précises (si non cela ne fonctionne pas).

  4. ne pas se sédentariser (si non cela ne fonctionne pas).

 

Agenda journalier

 1  = premier repas de la journée (exemple)

 2  = deuxième repas de la journée (exemple)

 S  = sommeil

 J  = jeûnes

 E  = eau

 J 1 à 16  (exemple)= 16 heures de jeûne entre le repas 2 et le repas 1 (grand jeûne)

 J 1 à 6  (exemple)= 6 heures de jeûne entre le repas 1 et le repas 2 (petit jeûne)

 E  = eau

 Repas 1  est :

  • horaire libre, mais toujours assez précisément le même chaque jour

  • toujours assez précisément chaque jour le même laps de temps après le repas 2 de la veille

  • toujours après le sommeil nocturne, immédiatement ou pas, voire longuement après

 Repas 2  est :

  • horaire libre, mais toujours assez précisément le même chaque jour

  • toujours assez précisément chaque jour le même laps de temps après le repas 1 du jour

  • toujours avant le sommeil nocturne mais sans se coucher immédiatement estomac plein

 Sommeil 

  • durée libre

 Jeûne 

  • ne rien manger, c'est à dire rien de rien, absolument rien (chewing-gum compris)

  • la durée du grand jeûne (R2>R1) doit toujours être au moins le double du petit jeûne (R1>R2)

  • les contraintes ci-dessus obligent donc souvent un grand jeûne de 16 heures et un petit jeûne de 6 heures, c'est pourquoi ce jeûne est aussi nommer " Jeûne 16.1.6.1", mais 15.1.7.1, 17.1.5.1, peuvent s'envisager.

Eau durant le jeûne

Rappel : apport hydrique journalier  N O R M A L 

  • poids en kg, multiplié par 2, divisé par 100

  • exemple : 40kg>0,8L ; 50kg>1L ; 63 kg>1,26L ; 75kg>1L5 , 88kg>1,76L ; 100kg>2L ; 114 kg>2,28L

 

Accompagner le jeûne

  • le premier jour, arrondir au quart supérieur et maintenir ce niveau d'apport : ne pas minorer par recalcule à partir d'un nouveau poids plus bas (exemple respectif : 1L ; 1,25L ; 1,5L ; 1L75 ; 2L ; 2,25L : 2L5)

  • la consommation d'eau doit être régulière et répartie tout au long de la journée de veille sans absence ni excès au coucher

  • strictement aucun alcool sous aucune forme, même très peu ou exceptionnellement, y compris bière sans alcool

  • strictement aucune eau sucrée, même très peu ou exceptionnellement, y compris succédanés de sucre

  • autres boissons possibles (rien d'autres, sans exception)

    • eau totalement non sucrée avec très peu de véritable jus de citron "maison" 

    • rooibos, thé vert léger, tisane, café très allongé, tous totalement non sucrés

Repas

A L I M E N TS   S T R I C T E M E N T S   I N T E R D I T S

  • viandes rouges ou de porc, abat, gibier

  • toutes préparations contenant de la graisse animale : lardon, saucisse, boudin, jambon sec, gésier, gelée, charcuterie, salaison, viande séchée et/ou fumée, toutes peaux animales, etc

  • extrait et/ou bouillon de viande, sauce et réduction de / à base de / contenant des produits carnés

  • poissons à l'huile, gras ou vin ajouté (non pas poisson) : sardine, hareng, maquereau, etc

  • toutes les huiles animales ou végétales, contenant des gras trans et/ou saturés et/ou hydrogénées (Hydrogénation : procédé industriel agroalimentaire destiné à donner une meilleure tenue ou croustillant ou une plus grande résistance au rancissement par peroxydation des lipides insaturés qui se transforment alors en lipides saturés et/ou trans) : palme (appellation « matière grasse végétale » = MGV = palme), palmiste, coco, coprah, coton, karité, maïs, riz, soja, la très grande majorité des tournesols (ceux dit "non oléïque" ou "oléïque bas" des préparations industrielles, et certains ménagers ( "oléïque ou haut oléïque", en bouteille), beurre de, margarine, saindoux.

  • tous les produits contenant, même très peu, ces huiles : barre chocolatée, biscotte, biscuit, chewing-gum (tous), chocolat, exhausteurs (E620 à 641, E261, 268, 257 et protéines végétales hydrolysées), frites, gélifiant (dont presque toutes les confiseries), pain de mie, pâte à tartiner, préparation allégée, sandwich industriel, sauce industrielle, ships, conservateur et stabilisateur (tous huileux), panifications industrielles et/ou produits alimentaires transformés (fond, flamiche, hamburger, kebab, pizza, quiche, viennoiserie, etc), plats cuisinés non frais et/ou frits et/ou longues conservations, grand nombre de restaurations industrielles ou collectives et/ou peu scrupuleuses ou douteuses.

  • toutes les huiles et graisses chauffées au-delà du point de fumée (ça fume, c'est trop tard)

  • beurre, crème, lait entier

  • fruits oléagineux secs ou séchés, natures, salés ou sucrés : amande, cacahuète, noix de/du, pignon, pistache, etc

  • pain blanc ou de campagne (préférer intégral ou complet)

  • farines blanches : fond, pizza, tarte, pâtisserie, etc

Pourquoi

 

Hors jeûne :

  1. Le pancréas produit de l'insuline en présence de glucose (ou succédanés de glucose).