J'ai toujours été attiré par les paysages septentrionaux et nord-orientaux. Il est vrai que j'ai rarement froid, aussi grand mal à supporter la chaleur. Encore qu'en Finlande estivale, certains jours la température puisse flatter les 25° insupportables. Au regard des kilomètres raisonnablement possibles, je me limiterai aux pays de l'Union Européenne avec la notable exception ajoutée de la Norvège qui a refusé deux fois son adhésion. Les dénivelés positifs cumulés de plus de 1000m en 4 heures, Preikestolen, les Lofoten, les caps extrêmes s'y promettent, allons-y donc vérifier derechef !

 

Visiter l'Europe "froide"

<< Non seulement dieu n'existe pas, mais essayez donc de trouver un plombier pendant le week-end ! 

-Woody Allen- >>

 (1)

Autonomie

D'un naturel assez solitaire, j'aime me mesurer à mes propres limites, choisir

l'environnement propice à la quiétude et la beauté, construire pas

à pas la mise en oeuvre de l'étape. Sans dénigrer les campings,

j'aime leurs ambiances, je veux privilégier le bivouac autonome

plus esseulé que je recherche, également moins impliquant ou

onéreux, entrecoupées d'accueil chez l'habitant via les sites

(par ordre décroissant numéraire attendu) WarmShovers,

CouchSurfing, BeWelcome, HospitalityClub (2).

Ménager le moteur

Pédaler n'étant pas mon but premier, je prévois en moyenne 4 heures 15, hors

arrêts, de vélo par jour, pas plus, et un jour de récupération par semaine, pas moins : visites, photo, écriture, repas,toilette, montage et démontage

du bivouac occupant le double. Un de mes rares objectifs formels est de parvenir au cap nord le jour du solstice d'été donc profiter pleinement de plus de 5 semaines sans nuits !!!

 

Respecter et peu polluer

Exclure l'avion, 1ère source de pollution carbone à l'heure et par personne donc diminuer les transports motorisés, à commencer par le mien.

Acquérir mon matériel, outre les critères primordiaux de poids, praticités et adaptabilités, selon les principes suivants :

  • solide et durable : renouveler le moins souvent possible, c'est contrer le "jetable" et le peu pérenne qui polluent à chaque fois et souvent. Globalement un produit conçu pour durer, même un peu polluant, pollue beaucoup moins qu'un renouvelé à courte et moyenne échéance. Privilégier également l'achat d'occasion si l'objet est conforme à mes attentes.

 

  • proche : encourager le "fabriqué en Europe" c'est fédérer une idée d'entente, aussi face à la féodalisation de l'union ; c'est défendre l'emploi dans son grand bassin de vie.

  • naturel et éco-responsable : des produits plus proches des éléments naturels pour mieux respecter et la nature et l'homme, par des entreprises qui s'impliquent dans ce sens.

 

  • privilégier les boutiques physiques, plus d'emplois, au sites de commandes en ligne, moins d'emplois (se renseigner sur des sites en ligne, oui ; y commander, seulement si l'approche y est incontournable et raisonnée, c'est à dire en phase avec ma propre mentalité).

Appliquer autant que faire se peut la règle des trois R : Réduire (les polluants, la consommation anarchique, etc.), Réutiliser, Recycler.

Composter et minimiser mon impact polluant nottament par la méthode des " toilettes japonaises " (voir onglet hygiène).

 

 (1) Pierre Desproges 1939-1988 "Vivons heureux en attendant la mort"

 (2) https://fr.warmshowers.org/https://www.couchsurfing.com/https://www.bewelcome.org/http://francais.hospitalityclub.org/indexfra.htm