Les dénivelés 

Dénivelé : différence d'altitude entre deux points

<< Dans le voyage à vélo réside le moyen, dans la conscience réside le sens >>

  (1)

 

Dénivelé positif : différence d'altitude entre un point bas et un point haut, sans inversion intermédiaire de sens .

 

Dénivelé positif cumulé : somme de dénivelés positifs

 

Calcul d'un dénivelé positif exprimé en pourcentage

Hauteur divisée par Distance multipliées par 100.

 

C'est la même règle qu'un panneau routier pour exprimer la pente d'une route, d'ailleurs de 150 mètres après le panneau à 150 mètres avant son jumeau à contre sens. Si un panneau annonce une pente à 10% sur une distance de 1 km, l'élévation sera donc de 100 mètres.

<< Et c'est pareil dans la descente ? >> finit par demander ma petite nièce, car c'est à elle que je m'adresse depuis le début de cette page.

- Oui mon coeur. On ne parle plus de dénivelé positif mais de dénivelé négatif.

- Donc un dénivelé positif et un dénivelé négatif, ça donne quoi ? rétorqua-t-elle (l'enfant est curieuse).

- Un dévinelé positif moins un dénivelé négatif donne un dénivelé global. S'il il y a plus de dénivelé positif que de dénivelé négatif, on trouvera un dénivelé global positif : une élévation globale d'altitude . S'il y a plus de dénivelé négatif que de dénivelé positif, on trouvera un dénivelé global négatif : une diminution globale d'altitude.

- Donc dans les montagnes en Norvège quand tu partiras de la mer pour grimper le col, si tu redescends à la mer de l'autre côté de la montagne ; tu auras rouler sur autant de positif que de négatif !

- Oui ma chérie, sauf que le positif est bien plus fatiguant.

- Evidemment ! ennonça-t-elle d'un air gauguenard en abandonnant son oncle et ses piètres lapalissades.

Vitesse et dénivelé

 

Alors là, vraiment, j'en ai bavé ! Des dizaines d'heures de recherche pour obtenir très peu. S'il existe un fourmillant nombre de sites sur le sujet, ils traitent tous de vélo de compétition, de course, de route ou de tous-terrains. En outre, si le poids, à juste titre, semble être au cœur des calculs, tous, à ma connaissance actuelle, ne dépassent pas le poids cumulé du cycliste svelte (c'est bien, continuez) et sa machine particulièrement légère. Hors le cyclotouriste au long cours, autonome donc chargé que je vais devenir, partira entre 140 et 160 kilos en ordre de marche : vessie vide et gourde pleine. Ce qui suit s'affiche donc avec les plus grandes réserves. Il s'agit d'un tableau important puisqu'il est le cœur de mon calcul d'itinéraire, de la date de départ pour rallier le cap nord le 21 juin (j'ai un solaire rendez-vous), le tout sans trop outrepasser les quatre heures de pédalage par jour. Voici la bête :

Dans les conditions formulées dans les pages précédentes (durées, environnement, météo) et autres (âge, condition physique), à 160 kg en ordre de marche complet, je roule correctement sur du plat à 20 km/h pendant 1 heure. Aussi, fort de tout mettre en oeuvre pour minimiser le poids total en ordre de marche à 150 kg ; j'envisage la barre des 18 km/h sur du plat pendant 4 heures.

 

Évacuons de suite la vitesse moyenne en dénivelé négatif, sans importance sinon qu'il faille volontairement la réduire pour cause d'inertie du dits quintal et demi aux fins d'éviter l'accident et perdurer les patins de frein.

 

Question existentielle : quel sera ma vitesse moyenne dans les dénivelés positifs ?

 

Si je me suis trompé : 1 km/h de moins et c'est 12 jours de plus pour le même parcours ! Pour illustration, voici la journée médiante pile dans la moyenne du voyage à 16,8 km/h, artificiellement encadrée par les exceptionnelles plus rapide, en haut, et la plus lente qui fait un peu peur.

 

(1) Bertrand "Le braquet de la liberté" lebraquetdelaliberte.com