- Les seuls canons qui vaillent sont ceux de Monsieur Pachelbel.

- Encore eusse-t-il fallu qu'ils fussent rock.

 
 
Les vêtements 
 

> Généralités (pré lecture indispensable à un néophyte)

> Les 3 couches dans l'effort

> Les tissus

> froid aux pieds (plus jamais)

> 1ère couche

> 2ème couche

> 3ème couche

> Divers à varier

> Récapitulatif (liste des vêtements)

 

Menu

(accès direct

pour

les impatients) 

Fondement non théorique

 

 

Il ne s'agit pas, ou alors très peu, de "s'habiller". Les buts primordiaux sont :

  1. rester sec face à la sueur ET les intempéries.

  2. maintenir une température corporelle confortable durant l'effort, ni trop chaud ni trop froid, et pendant les repos.

  3. minimiser le poids total (Ah ! Les p'tits poids, les p'tits pois, les p'tits pouah, les p'tites poix)

Les 3 couches dans l'effort

Pour ce faire, la méthodologie globale s'appuie sur 2 concepts concomitants :

  1. la technicité des vêtements

  2. la technique de mise en oeuvre

dit système des 3 couches, où demeure la fonction d'évacuation de la transpiration de la peau vers l'extérieur mais également contrer le phénomène moins connu de production de froid par transpiration chaude.

 

Pour l'illustrer faisons l'expérience d'une bouteille d'eau emmaillotée intimement dans un linge mouillée et placée en plein fort soleil : l'eau à l'intérieur de la bouteille deviendra très fraîche ! Craintif face à une bonne pluie incessante ? Sans évacuation préalable ce n'est rien en comparaison de la quantité de sueur produite dans l'effort qui resterait contre le corps : le début d'inutiles frustration, souffrance et dangerosité quand cette sueur chaude deviendra inéluctablement froide !

Je rappelle, en forme de note, que cette article ne traite seulement que des vêtements nécessaires pour mon périple dans les quatre conditions suivantes (et ne peut donc s'appliquer stricto sensu à d'autres formes spécifiques) :

  • nordique 3 saisons (soit presque un équivalent 4 saisons en Europe centrale atlantique)

  • point de vue cycliste :

    • jambes en mouvement

    • haut de corps statique

    • angle spécifique dos/bassin

    • pas de portage d'épaule

  • sous températures majoritaires froides à tempérées

  • sous intempéries majoritairement pluvieuses en durée et fréquences

  • majoritairement bivouac sous tente (pas de source de chaleur pour le séchage)

 

Couche n°1 de base (C1) contre la peau

> évacue la sueur vers l'extérieur

Couche n°2 intermédiaire (C2)

> évacue la sueur vers l'extérieur

> garde la chaleur

 

Couche n°3 extérieur coupe-vent, pluie, frottement (C3)

> évacue la sueur vers l'extérieur

> repousse le froid et la pluie, protège

systhème_des_3_couches_v2.jpg
 

 

En fonction du climat et du poids total embarqué pour les changes en réserve, on peut affecter deux variations par type de couche :

La C1 doit se décliner dans l'effort par :

  • C1M sous climat mitigé, manches courtes ------------------------------------

  • C1F sous climat froid, manches longues ---------------------------------------

la C2 doit se décliner  dans l'effort par :

  • C2M sous climat  mitigé, tenue légère, short ---------------------------------

  • C2F sous climat froid, tenue chaude, col zippé, bas de pantalon, etc ------

la C3 doit se décliner dans l'effort par :

  • par temps sec, sans vent et en côte ------------------------------------------- sans !

  • C3V par temps sec avec vent ou en descente (vent apparent) ------

  • C3P par temps pluvieux : zippé, capuche, sur-pantalon, guêtre, etc -------

Les tissus

 

Le  coton  est à proscrire totalement (redondance volontaire) pour la typologie de mon périple :

  • rétention d'eau (hydrophilie) - - -

  • lenteur de séchage - - -

  • développement bactérien générateur d'odeur - - -

Pour information, le coton peut toutefois devenir intéressant sous climat très sec et/ou certitude absolue de séchage par radiation dès l'arrivée à l'étape (voir le coton tue en randonnée).

Les  synthétiques 

  • repoussent naturellement l'eau (hydrophobie) +++

  • sèchent rapidement+++

  • génèrent facilement des odeurs corporelles (un peu moins que le coton) - -

La  laine mérinos  (non pas la laine), est :

  • particulièrement isolante du froid +++En outre, la laine est également isolante du chaud (voir vêtements en laine mérinos).

  • presque autant peu hydrophobe que les synthétiques ++

  • sèche presque aussi vite que les synthétiques ++

  • très bactéricide et donc dégage moins d'odeur +++

  • naturellement peu sujette aux démangeaisons ++  (contrairement à la laine non mérinos )

Les tissus qui combinent synthétiques techniques et laine mérinos traitée conviennent donc à mon type de périple.

Aussi les actions suivantes sont impératives :

  1. C1M ou C1F en fonction de la météo prévue

  2. C2M ou C2F avec changement-s possible-s dans la journée

  3. pas de C3 par temps sec et sans vent et dès le bas d'une durable côte même s'il fait un peu froid ; C3V par temps sec dès le sommet atteint avant une longue descente même si on a chaud.

  4. Par temps extrêmement froid : pas de matériel et poids supplémentaire, mais l'ajout l'un sur l'autre du C2M et C2F sous la C3F.

Les C2 et C3 peuvent être modulées sans changement pour des petites côtes et/ou courtes descentes par ventilation mécanique : ouvertures zippées de cou par effet cheminée, poignets, jambes, ...

Concernant la C3, il s'agit de vêtements particulièrement techniques qui doivent donc comme les C1 et C2 non seulement évacuer la sueur sous forme gazeuse vers l'extérieur mais spécifiquement aussi stopper l'humidité de l'extérieur sous forme liquide (la pluie).

Après l'effort, il faut augmenter la température du corps provoquant l’assèchement de la sueur de la C1 puis la C2 puis la C3, donc l'assainissement des couches et des odeurs corporelles. C'est la technique dite de " après l'effort, pas de roquefort ". Pour ce faire on garde la tenue existante, même si on a chaud, jusqu'à obtention de tissus secs. Tenté de ne pas le faire ? Donc partant pour s'habiller mouillé le lendemain...

 

Chauds les mains ! (poil aux pieds)

 

 Tête froide , le cerveau se préserve pour augmenter par sauvegarde sa propre température au détriment, par vaso-rétractation, des vaisseaux éloignés : tu as donc (très) froid, la majorité des calories alimentant en priorité le liquide cervical.

 Tête chaude et cou froid , le cerveau priorise les organes majeurs plus éloignés, tels que cœur et poumon, mais toujours pas les extrémités.

 Tête et cou chauds , le cerveau augmente la vascularisation par vaso-dilatation des parties éloignées (pieds, mains, nez, oreilles, appareil sexuel externe) : les extrémités sont chaudes.

 

Il faut donc viser à réduire la perte principale de chaleur qui se produit d'abord par la tête et le cou, selon le premier conseil anti-froid "Si tu as froid au pied, couvre ta tête", d'où l'emploi systématique d'un bonnet (ou bonnet et cagoule) et d'un (ou 2) tour de cou (buff).

 

 

La première couche (C1)

 
Bonnet C1 Aclima_edited.png
aclima-woolnet-t-shirt-homme_edited.png
ASSOS Mile GT half short_edited.png

 

 Bonnet  (C1M) LightWool d'Aclima (norvégien fabriqué en Estonie), presque permanent, sous le casque ou au bivouac, voire durant les nuits de très grands froids.

 Tour de cou  (C1M) Light weight merino wool de Buff (fabriqué en Espagne), dans les mêmes conditions que le bonnet.

 T-shirt  (C1M) WoolNet t-shirt d'Aclima, 146g, en 91% laine mérinos traité (démangeaison et rétrécissement), 7% polyamide, 2% élasthanne. Il s'agit d'une forme filet portée très près du corps pour une redoutable efficacité.

 

 T-shirt manche longue  (C1F) WoolNet ras-du-cou d'Aclima, 220g, avec protection des bras, source de refroidissement, peu sollicités à vélo. L'alternance manches courtes / manches longues me permettra de tenir une semaine jusqu'à la "lessive à 30°" hebdomadaire en repos.

 Cuissard  à porter à même la peau Mille GT half short du suisse Assos.

 Dessous de pantalon  (C1M/F) WoolNet pantalon  d'Aclima.

 

 Chaussettes basses  de Monnet

> conception et fabrication entièrement françaises

> langage Monnet limité ici à ma recherche de chaussettes basses première couche :

  • Run = course sur asphalte = soquette (pas pour moi : ne couvre pas le talon d'achille)

  • Trail = course dans la nature, couvre le talon d'Achille (ici en randonnée dans le cas exclusif d'une première couche)

  • Trek = randonnée

  • Mid = chaussette basse

  • Wool = laine mérinos

  • X-light, Light, Medium, Heavy = très fine​, fine, médium, épaisse

> choix de pointure : la pointure du pied ou légèrement en dessous, parce qu'en première couche​, plutôt un peu tendu pour éviter les plis et augmenter le transfert de la sueur vers la deuxième couche.

> nombre de paires emportées : 3 pour un changement tous les jours (séchage de celle de la journée en faîtière de tente intérieure) et lavage de l'ensemble 1 fois par semaine (à l'envers et à environ 30°) :

1. Trail force, light, 69% polyamide, 17% élasthanne, 14% polyester, existe en 7 tailles et 3 couleurs.

2. trek Mid expert, light, 63% polyamide, 28% polyester, 19% élasthanne, existe en 7 tailles et 3 couleurs.

3. trek wool Mid X-light, extra-light, 63% laine mérinos, 24% polyamide, 13% élasthanne, existe en 6 tailles et 3 couleurs.

Tour ce cou Buff_edited.png
aclima-woolnet-crew-neck-homme_edited.png
aclima-woolnet-long-pants-jetblack_edited.png

 

   Poids réel de la paire neuve de ces chaussettes basses (non pas soquettes) en 43/44 :                                                           

Monnet soquette trail force_edited.png
Monnet mid-extra-light_edited.png
Monnet mid-expert_edited.png

 38g9 

 48g8 

 45g2 

   Rappel d'utilisation en mono couche :                                                                                                                                                             

 course nature 

 randonnée classique 

 randonnée climat froid ou très chaud 

   Rappel de mon utilisation en double couche :                                                                                                                                              

 première couche sous climat mitigé 

 (C1M) 

 première couche sous climat mitigé à froid 

 (C1M/F) 

 première couche sous climat froid 

 (C1F) 

chaussette C1M Trail force 001 - Copie.bmp
Chaussette C1MF Mid expert Monnet 001 - Copie.bmp
Chaussettes C1F Mid X-light 001 - Copie.bmp

La deuxième couche (C2)

Aclima pull_edited.png
Vaude Yaki II_edited.png
Aclima polo hotwool zip_edited.png
 
Monnet Trek medium C2MF_edited.png
Meindl semelle_active_pro_edited_edited.png
Meindl classe A.JPG
Meindl classe B.JPG
Meindl classe C.JPG
chaussures-meindl-air-revolution-41-orangeanthracite - Copie.jpg
chaussures-meindl-air-revolution-41-orangeanthracite - Copie (2).jpg
Lacet.JPG
Xtenex marron.jpg
Xtenex.jpg
Meindl classe AB.JPG
Meindl classe BC.JPG
Meindl classes D.JPG
chaussures-meindl-air-revolution-41-orangeanthracite_edited_edited.png

 Semelles  Active Pro en remplacement des Air active soft fournis, me concernant avec  semelles orthopédiques  pieds (très) creux (en limite de léviter, mieux vaut l'éviter).

 Chaussures mi-hautes  Air revolution de Meindl (Allemand fabriqué en Slovénie)

Les classes de ces chaussures par ordre croissant d'engagement :

A : marcheur léger, chaussure ferme et mode pour vie quotidienne, loisirs, voyages, marche sur bons sentiers et parcs.

A/B : entrée de gamme pour la randonnée en basses et moyennes montagnes et sur les sentiers aménagés, promenades faciles sur bons et moins bons chemins.

B : trekking classiques pour des randonnées confortables et prolongées sur terrains alpins clairs, à randonnées difficiles en basses montagnes. Permet la grimpe occasionnelle et simple sans crampon.

B/C : trekking classiques et ambitieux, utilisation mixte en moyenne montagne, via ferrata, mauvais sentiers, éboulis, et randonnées difficiles de haute montagne. Permet la fixation occasionnelle de crampons légers.

C : haute montagne, randonnées les plus difficiles dans les pires accès, glaciers, éboulis, via ferrata, rochers, murs. Permet la fixation de crampons.

D : haute montagne ultime, conditions extrêmes sur terrains critiques, escalade extrême sur glace avec absolue résistance aux crampons.

Choix restreint possibles (me concernant) :

  •  Air revolution ultra, classe A/B, mes chaussures rouges actuelles , 1440​g

  • Air revolution ulta GTX, classe A/B, 1280g

  • Air revolution 2.3 GTX, classe B, 1560g​

  • Air révolution 3.5, classe B, 1520g

  • Air revolution 3.7 GTX, classe B, 1260g

  • Air revolution 4.1 GTX, anthracite/orange,

classe B/C, 1400g, laçage bas à billes

  • Air revolution 4.3 GTX, classe B/C, 1560g,

trop lourde, laçage bas à passants

  • Air revolution 5.3 GTX, classe B/C, 1700g

trop lourde, trop rigide

notes :

  • poids de la paire en 42 avec lacets d'origine et semelle​ Aire active soft.

  • il existe plusieurs couleurs... avec un plus grand choix pour les femmes, dont certains modèles dédiés (2.3, 3.7, 4.1)​ mais moins de GTX.

  • ressemelage Vibram et réparation possible à vie, chez Meindl Allemagne

Prendre ses mesures de pied pour choisir la taille Meindl

  1. choisir son pied le plus long, mesurer les si nécessaire.

  2. se couper les ongles si nécessaire : la pointe de l'ongle du doigt le plus long ne doit pas dépasser la pointe de l'extrémité de la peau.

  3. enfiler ses chaussettes de marche (pas lambda) dans la configuration la plus épaisse (perso C1F+C2F).

  4. poser le pied sous une feuille blanche A4 bien bloqués à l'angle sans rebord d'une pièce de la maison. Au talon, la chaussette doit FRÔLER le mur :  ni en appui, ni désolidarisée, pareillement pour la malléole contre le mur.

  5. marquer au stylo à l'aide d'un livre épais, l'aplomb qui frôle le bout de la chaussette de l'orteil le plus long​ contre le livre.

  6. mesurer précisément la longueur (bord arrière > marque) sur la feuille.

  7. Lecture : mesure en cm > pointure Europe > pointure Meindl :

22cm > 34,5E > 2M   ;   22,5cm > 35E > 2,5M   ;   22,75cm > 35,5E> 3M   ;   23cm > 36E > 3,5M   ;   23,5cm > 37E > 4M   ;   24cm > 37,5E > 4,5M   ;   24,5cm > 38E > 5M   ;   25cm > 39E > 5,5M   ;   25,25cm > 39,5E > 6M   ;   25,5cm > 40E > 6,5M   ;   26cm >41E > 7M   ;   26,5cm > 41,5E > 7,5M   ;   27cm > 42E > 8M   ;   27,5cm > 42,5E > 8,5M   ;   28cm > 43E > 9M   ;   28,25cm > 44E > 9,5M   ;   28,5cm > 44,5E > 10M   ;   29cm > 45E > 10,5M   ;   29,5cm > 46E > 11M   ;   30cm > 46,5E > 11,5M   ;   30,5cm > 47E > 12M   ;   30,75cm > 48E > 12,5M   ;   31cm > 48,5E > 13M   ;   31,5cm > 49E > 13,5M   ;   32cm > 49,5E > 14M   ;   32,5cm > 50,5E > 14,5M   ;   33cm > 51E > 15M   ;   33,5cm > 51,5E > 15,5M   ;   33,75cm > 52E > 16M   ;   34cm > 52,5E > 16,5M

note : Meindl ne chausse pas grand, la bonne pointure tient compte que le pied forci durant une marche prolongée (accumulation de sang).

Outre les jours de repos (genre doigts des pieds en éventail), je choisis de n'emporter qu'une seule paire pour pédaler ET pour marcher dans le but de minimiser  le poids. Le coût également puisque le haut de gamme grève moins que deux paires, l'une cycliste l'autre de marche, de gammes moyennes. Je change les  lacets  d'origine pour des autobloquants à boules X400 90cm de Xtenex (Suisse) qui permettent la tension individuelle de chaque œillet/crochet,

en différenciant d'une main et en moins de 3 secondes par chaussure les 3 options suivantes des 8 points d'accroches :

  • 6/7/8 délacés : chausser et déchausser

  • 6 / sans 7 / 8 détendus : pédaler

  • 6/7/8 lacés : marcher

Pour une chaussure à 8 points latéraux (exemple) : ​

  • Air revolution Ultra : œillet au point 1, passants aux points 2 à 6, crochets aux points 7 et 8 

  • Air revolution 4.1 GTX :  œillet au point 1, billes aux points 2 à 5, crochets aux points 6 à 8

 Pull  (C2M) WarmWool ras le cou d'Aclima, 220g, en 100% laine mérinos 200g/m²

 Polo col zippé  (C2F) HotWool w/zip d'Aclima, 320g, en 65% laine mérinos 230g/m² bouclée intérieur, 20% polyester, 15% polyamide

​ Pantalon convertible  Yaki II de Vaude (Allemand), 460g, en extérieur/intérieur 89/86% polyamide, 11/14% élasthanne utilisable en short long avec seulement la partie haute (C2M) ou en entier (C2F).

 Pantalon léger  (C2F) Kalenji du français D4thlon destinée soit à intercaler entre le sous-pantalon et le pantalon les jours de très grand froid, soit à enfiler dans le duvet durant quelques nuits glaciales, soit à ne pas cheminer en slip au camping ou chez l'habitant pendant que l'unique pantalon sèche !

 Chaussettes hautes  (C2M à C2F)

  • wool Trek light 45-46 (C1M) de Monnet 68% laine mérinos, 20% polyamide, 10% Lycra, 2% élasthanne

  • wool Treck medium 45-46 (C1M/F) de Monnet 74% laine mérinos, 13% polyamide, 10% Lycra, 3% élasthanne

  • Grandes jorasses 45-46 (C1F) de Monnet 85% laine mérinos, 15% polyamide

Monnet Trek nlight C2M_edited.png
Monner Grandes-jorasses C2F_edited.png
xtrem-balaclava-arva_edited.png

 Cagoule  (C2F) Balaclava Xtrem d'Arva (fabriqué en France), 85% Polyester / 15% Elastane

 Gant  (C2M/C2F) thermoline d'Arva , 18 g pièce, fibre 50% acrylique 50% laine mérinos avec 3 doigts compatibles écran tactile.

Arva gloves-thermoline-finger-touch_edited.png

La troisième couche (C3)

 
Vaude veste CV3S Air jacket II_edited.png
Norrona gant_edited.png
Millet_Guêtre_Alpine_gaiters__edited.png

 

 Veste de vent  (C3V) Air pro jacket de Vaude (Allemand), 106g, entièrement en polyamide (nylon), coupe-vent ultra léger et minuscule dans sa poche dorsale. Elle est certifiée bluesign, FWF, green shape et sans PFC.

 Veste de pluie  (C3P) Firewall jacket de Rab (anglais), 450g, en 3 couches (non pas 2,5) imper-respirant sous la pluie. J'aurai préféré la Lofoten GT pro anorak de Norrona (Norvégien) plus longue, plus lourde et beaucoup plus chère, plus durable et solide aussi pour crapahuter dans la forêt.

 Gant  (C3P) lofoten Gore-Tex thermo200 long XL de Norrona, long, 125 g pièce, Gore-tex certifié Oeko-tex et cuir de chèvre, DWR sans PFC, certifié Bluesign.

 Sur-pantalon  (C3P) Firewall pantalon de Rab, 316g, dispose de zips latéraux 3/4 de la longueur pour pouvoir l'enfiler et l'ôter en quelques instants sans enlever les chaussures. Ce 3 couches (non pas 2,5) avec un revêtement extérieur en polyuréthane présente de très bonnes imperméabilité de 20.000mm à la colonne d'eau et respirabilité 20.000 gr de vapeur par m2 par 24h tout en empêchant le vent de passer à travers.

 Guêtre  (C3P) Alpine gaiters gtx L de Millet (français), 230g, en gore-tex, câble d'acier sous chaussure ; l'accroche avant la plus distante (mais insuffisamment à mon goût) de la cheville de l'offre européenne. Les guêtres se portent :

  • par temps sec en short long (voire pantalon convertible), le haut à même la peau pour se prémunir au bivouac des égratignures, aoûtas et tiques

  • par temps froid et/ou humide sur le pantalon

  • par temps pluvieux sur le pantalon et sous le sur-pantalon

Rab Firewalk_edited.png
Rab FireWall pant_edited_edited.png

autres

 
Daypack_&_Poncho_UL_terracotta_OnBike_edited.png

 Slip boxer long  les jours de repos et par nuits froides WarmWool short  d'Aclima.

 Poncho cycliste  en nylon ripstop, ceinture intérieure (indispensable), serrages  capuche et cou à une main, accroches pouces et potences, 255g, Daypack & bike poncho UL  du suisse Exped.

 Casque  à fermeture aimantée à une main (en cours de recherche)

aclima-slip-warmwool-shorts-jetblack_edited.png
Triple zero Antza_edited.png
Victorinox Handtman_edited.png

 Doudoune légère  destinée aux bivouacs et aux jours de bullage, Antza du renommé français Triple zero, 295 g, 90 g de duvet 800 cuin, 21x11 cm comprimée. On note dans sa taille, la possibilité gratuite de choisir sur mesure la longueur des manches, et celle d'inverser le côté de la poche intérieure par un simple commentaire : ici, on s'adresse directement au fabricant, un artisan-créateur pyrénéen.

 Moustiquaire de tête  indispensable au nord du cercle arctique Diptère du français Co.Te.Nor (propriété d'Au vieux campeur).

 Couteau  Handyman de Victorinox (suisse)

grande lame, petite lame, ouvre-boîtes, tournevis plat 3 mm, décapsuleur, tournevis plat 6 mm, dénudeur de fils électriques, poinçon alésoir, tire-bouchon, paire de ciseaux, pince, coupe-fils métalliques, serre-cosses, scie à bois, lime à ongles, cure-ongles, scie à métaux, lime à métaux, tournevis plat 2.5 mm, ciseau à bois 4 mm, crochet, cure-dents, pincettes​

Merci à Anne-Marie la gillocrucienne pour ce cadeau magnifique

 Cordelette de couteau 

 Cordelette de lunettes 

Moustiquaire v2_edited.png

Ma liste de vêtements

 

 1ère couche 

  • 1 bonnet

  • 1 tour de cou

  • 2 T-shirt techniques (l'un manches courtes, l'autre longues)

  • 1 cuissard à vélo

  • 1 dessous technique de pantalon ET/OU un pantalon léger

  • 3 paires de chaussettes

> tous sans coton, presque tous avec laine mérinos ET/OU synthétique respirant

 ème couche 

  • 2 pull/polo techniques (l'un sur l'autre en cas de grand froid)

  • 1 pantalon convertible

  • 1 cagoule

  • 1 paire de gants fins

  • 3 paires de chaussette

  • 1 paire de chaussure de randonnée (avec lacets et semelles spéciaux) de très haute facture (parce que aucune autre chaussure)

> tous sans coton, tous avec mérinos majoritaire ET/OU Gore-Tex ou synthétique imper-respirant

 ème couche 

  • veste coupe-vent

  • veste anti-pluie

  • poncho

  • 1 (autre) paire de gants longs

  • 1 sur-pantalon de pluie

  • 1 paire de guêtre

> tous sans coton, tous GoreTex ou synthétique imper-respirant

 divers 

  • 2 slips boxer au repos (cuissard à vélo)

  • poncho cycliste

  • casque

  • moustiquaire

  • doudoune