Les motivations

                     Les enfants n'ont plus vraiment besoin de moi, désormais. Il semble que mon oubli majeur ces dernières années soit ma propre personne : les déconvenues, le temps passé qui ne se rattrape face à ces passions exacerbées sans, jusqu'à aujourd'hui, les montrer - photographie et écriture - et des rêves dont je ne me dépareille définitivement plus ; l'adulescent voulait pédaler jusqu'au cap nord, l'adulte le fera. Il ne s'agit pas d'une fuite. Si cela l'est un peu, je réclame mansuétude à l'incompréhensif qui se suffit de  

la douce tiédeur d'un toit. Une maison me lasse, m'insupporte même quant à son assignation au conformisme en vase-clos. Je lui préfère son jardin. Mais où finit-il ? Œuvrer sous la pluie et le froid ne sont pas pour moi des difficultés extrêmes. Elles m'apparaissent utiles. Ma recherche tend au bonheur à vaincre et au benoît plaisir contemplatif des paysages sereins ou déchaînés, minimalistes ou grandioses, simples ou superlatifs, si peu qu'ils soient naturels et arborés, ou originairement désolés. Mes motivations sont de réussir  des  défis  mesurés  - sportif et organisationnel : préparatif, sacrifice, orientation, débrouillardise, bivouac - tout en réservant une  

place temporelle importante à la photographie, c'est certain ; à  l'écriture, nous verrons. Au surplus en brandir le résultat qui débute ici par ces préparatifs.

     Déballer l'ensemble, montrer le tout. Quelle vanité ! Faire tapis, abattre son jeu, s'introspecter pour se révéler ; le bonheur de s'ébattre auprès de mon arbre devrait pourtant me suffire. Mais qui sait, peut-être une symbiotique rencontre : ours, bœuf  musqué ou élan en rûte, lynx, glouton et renard arctique affamés, tiques et moustiques !

Avec certitude la pluie. Beaucoup.

<< La bicyclette n'est pas seulement un outil de locomotion ; elle devient encore un moyen d'émancipation, une arme de délivrance. Elle libère l'esprit et le corps des inquiétudes morales, des infirmités physiques que l'existence moderne, toute d'ostentation, de convention, d'hypocrisie – où paraître est tout, être n'étant rien – suscite, développe, entretien au grand détriment de la santé. >>

 (1)

 

 

L'architecture du site

(1) Vélocio 1853-1930, végétarien, promoteur du cyclotourisme et inventeur du dérailleur.